En pleine urgence climatique, un rond-point à 200 000€ pour Saint-Gaudens et financé par la Communauté de Communes Coeur Coteaux Comminges (la 5C). Pendant que les flammes ravagent des villes entières en Floride, ou bien dans le sud de l’Europe, des Communautés de Communes comme celle de Saint-Gaudens engloutissent des sommes astronomiques pour décorer un rond-point. Avec le fameux discours du vieux monde qu’un beau rond-point soigne l’entrée d’une ville, et donnerait envie d’y rester … La 5C a visiblement besoin d’asseoir sa puissance ridicule.

La folie des rond-points dans les communes

En 2018 l’association Contribuables associés avait lancé un concours des ronds-points les plus moches de France. Mais au delà de la laideur de certains rond-point (et il y a vraiment des pépites), c’est le gaspillage d’argent public qui est le plus effarant. Alors que l’on compte plus de rond-point que de communes, ces aménagements urbains ont coûté pas moins de 20 milliards d’euros. Et ce chiffre intègre les 30% dépensés pour « décorer » les ronds-points. Donc avec un rond-point à 200 000€€ la 5C est un bon candidat pour le concours de gaspillage public.

Les vielles idées du vieux monde perdurent

Prenez une petite ville comme Saint-Gaudens, qui comme d’autres villes moyennes en ce moment, gagne en attractivité en pleine crise sanitaire. En sachant ce nouvel intérêt pour les villes moyennes, voire rurales, attirent celles et ceux désireux de changer de vie, de gagner en espace et en nature. Maintenant mettez des élus de l’ancien monde, et ils reproduisent sans la moindre réflexion ce dont on ne veut plus. Quand est-ce que la sobriété que l’urgence climatique nous impose, touchera t’elle les élus ?

Ces élus d’un ère presque préhistorique argue toujours qu’avec ces dépenses pharaoniques, ils soignent les entrées des villes.

C’est vrai que quand on arrive à Saint-Gaudens, par le péage, avec à gauche une immense et immonde zone commerciale, à droite une entrée de ville avec une piste cyclable derrière des blocs de béton, et un centre ville déserté et phagocyté par la zone commerciale, la vue du rond-point à 200 000€ donne envie de vivre à Saint-Gaudens. Alors qu’en sortant du péage c’est la chaine des Pyrénées qui attire l’attention, un rond végétalisé et presque nature, aurait trouvé tout sa place.

Pourquoi faut-il systématiquement bétonner et aménager chaque mètre carré d’un espace déjà largement urbanisé ?

Une ville comme Saint-Gaudens avec sa proximité avec les Pyrénées, pourrait s’engager dans une ère nouvelle, en tenant compte des erreurs du passé, et de l’urgence climatique actuelle.

Mais bon là au moins les élus locaux pourraient s’offrir quelques instants de gloire dans la presse locale au moment d’inaugurer un rond-point pleins de symboles alambiqués.

Fort heureusement le greenwashing est la déjà lancé avec la communication sur la vaisselle jetable au prochain salon Les Pyrénéennes 2021.