(Last Updated On: 25 janvier 2022)

Peut-on librement ramasser du bois en forêt et en montagne ? Spontanément on dirait oui. Surtout s’il s’agit de ramasser du bois mort, on pense être dans son droit, et même faire une bonne action. Mais comme toujours il ne faut pas se fier aux apparences. Dans sa charte du promeneur pour respecter la loi et la forêt, l’ONF (Office Nationale des Forêts) rappelle que prélever des arbres, branches, et même feuilles mortes est répréhensible. La peine pour ce larcin est d’une amende de 1 500€. Pourtant dans nos montagnes, avec toutes ces forêts, et avec nos poêles à bois c’est bien tentant. Mais quand on y réfléchit, c’est ce bois mort et ces feuilles qui nourrissent la forêt. Cette végétation morte abrite un large écosystème, et une biodiversité essentielle pour la forêt.

Ramasser son bois de chauffage en forêt

Le chauffage au bois, et surtout en montagne, reste le mode de chauffage le plus pratique, le plus confortable, et le plus économique. Un bon poêle à bois ne coûte pas si cher, et permet de profiter d’un bon rendement de chauffage. Avec en bonus, ce plaisir du feu dans le salon en plein hiver.

Et même si ramasser du bois, même mort, en forêt est punissable d’une amende, il existe une autre solution pour se chauffer pas cher. Cela s’appelle l’affouage.

Les bonnes pratiques de l’affouage

L’affouage est une pratique médiévale, désormais encadrée, autorisée sur décision municipale pour se procurer du bois dans une forêt publique pour se chauffer. Chaque Conseil municipal détermine la part de bois réservée à l’affouage, et les conditions d’attribution. De plus la quantité de bois doit être conforme aux besoins du foyer. Contre une modeste contribution financière, on est alors autorisé à couper des arbres (déjà marqués par l’ONF). Cette pratique ancestrale permet d’entretenir la forêt tout en fournissant du bois aux habitants.

En 2020, un million de mètres cubes ont été mis à disposition des collectivités pour l’affouage. Cependant au fil des années cette pratique se perd. Depuis plus de dix ans, ce volume est en décroissance régulière.

Le mieux c’est donc de se renseigner à la mairie de son village pour connaître les conditions d’attribution de bois de chauffage dans le cadre de l’affouage.