Des colis réutilisables et écoresponsables pour réconcilier le commerce en ligne et notre empreinte climat. Les colis carton ou les enveloppes plastiques ne servent qu’une fois et finissent à la poubelle après la livraison. Et même si l’on peut penser qu’ils seront recyclés ces colis éphémères ne sont pas bon pour notre environnement.

Le coût écologique de la livraison et des emballages

Selon l’ADEME, un achat en ligne représente en moyenne 12 g de CO2, soit l’équivalent d’un kilomètre en voiture.

Pour mesure le bilan carbone d’un achat en ligne il faut prendre en considération les différentes étapes. Tout d’abord, et ce n’est pas neutre le parcours d’achat en ligne. De la recherche du produit dans l’immensité d’internet, en passant par la sélection du commerçant, le paiement en ligne, les emails de notification, … l’achat sur internet coûte en énergie dans les datacenters.

Ensuite, il y a les très décriés entrepôts de stockage et de préparation des commandes. L’emprise au sol de ces entrepôts cause des dommages importants localement sur la faune, la flore, la circulation des eaux, …

C’est dans ces entrepôts que sont préparées les commandes dans, et bien souvent dans des gros cartons qui augmentent le suremballage.

Enfin vient ensuite l’étape de la livraison à domicile avec sa cohorte de fourgonnettes. C’est l’heure de déballer le colis, de récupérer son achat, et bien souvent de jeter les emballages, et autres calages.

Des colis réutilisables et écoresponsables

Alors pour réconcilier développement durable et commerce en ligne, plusieurs startups se lancent dans la conception de colis réutilisables. Une manière pour nous consommateurs, d’améliorer notre empreinte climat et nos GEStes climat.

On peut ainsi citer les français de Hipli, mais aussi des sociétés plus internationales comme Repack, Opopop, The Box et Petrel.

Toutes ces entreprises, proposent sur les sites marchands partenaires, de recevoir la commande dans ces colis et enveloppes réutilisables. Avec ou sans système de consigne, on vous demande simplement de remettre dans une boite aux lettres, l’emballage vide.

Chez Hipli on annonce des colis réutilisables jusqu’à 100 fois ce qui limite fortement le nombre de cartons, et surtout le suremballage. Car souvent ces colis et enveloppes sont plus résistants, mieux renforcés pour supprimer les bulles plastiques et autres papiers de calage. Combien de fois a-t-on reçu un mini produits dans un maxi carton rempli de papier de calage …

Toujours selon Hipli c’est près de 25kg de déchets qui ont ainsi évités. Ce format de livraison reste encore confidentiel, mais devrait sous la pression des consommateurs les plus engagés, augmenter sur les grandes sites marchand en ligne.

Dans les Pyrénées, comment limiter l’impact carbone du commerce en ligne ?

Il faut bien reconnaître que dans les Pyrénées Haut-Garonnaises, avec la fermeture de nombreux commerces, et l’écrasement commercial des supermarchés, on recoure aux achats en ligne.

Alors forcément une livraison unique à Melles ou à Castillon de Larboust, représente un bilan carbone peu flatteur.

Mais il existe quand même des moyens de limiter notre impact sur le climat lors des achats en ligne :

  • Déjà on peut privilégier les points relais pour éviter de faire tourner des fourgons dans nos petits villages de montagne
  • On bannira aussi les livraisons express, on peut anticiper ou accepter un petit délai de livraison
  • Grouper nos achats permet aussi de limiter notre impact

Enfin, et presque surtout, on peut essayer de trouver des solutions dans les commerces de proximité. Certes certains diront que c’est parfois plus cher, mais au final il y a aussi des achats que l’on paye très cher pour notre environnement.