Nos GEStes Climat pour simuler notre empreinte carbone dans notre vie quotidienne. Adopter une vie plus écoresponsable n’est pas un concours d’excellence. Chacun fait des efforts, et vit avec ses contradictions. Mais c’est toujours mieux que ceux qui font aucun effort. Et qui seraient même dans une sorte de provocation anti-écologique. Après moi le déluge, je suis là je profite …

Une vie quotidienne plus écoresponsable

Notre émission de Gaz à Effet de Serre (GES) semble bien souvent une donnée un peu virtuelle. Aussi, fin 2020, l’ADEME et l’Association Bilan Carbone ont imaginé ce simulateur d’émission de gaz à effet de serre dans notre vie quotidienne. Quand on pense à émission de gaz à effet de serre on pense à ces grandes fumées opaques échappées d’usines chinoises. Mais on doit bien avoir conscience que chacun d’entre nous, à la manière d’un colibri, peut diminuer cet impact dans sa vie quotidienne.

Il y a encore ceux qui s’offrent le dernier SUV le plus gros sorti, le dernier Iphone, et partent en vacances le plus possible en avion, …

Et puis il y a ceux qui en transition écoresponsable finissent d’user leur voiture, ou roulent déjà en voiture électrique (pas forcément en kit comme le concept de voiture Höga de Ikea/Renault), réparent leur iphone ou l’achètent reconditionné, et donnent un second souffle à leurs vêtements. Un smartphone pour téléphoner, faire quelques photos et recevoir des emails, que peut-on lui demander de plus ? Sauf peut-être pour certains de briller comme une reconnaissance sociale …

Alors, même si l’on ne cherche pas la récompense ou la reconnaissance, quand on est en transition écoresponsable, on peut apprécier de voir comment on se situe. De voir surtout ce que l’on pourrait encore améliorer. Car pour adopter une vie plus écoresponsable, le plus difficile c’est de commencer, et ensuite certaines contradictions évidentes, nous font évoluer. On sait qu’aujourd’hui le taux de CO2 moyen est 11 tonnes/an/personne en France. Aussi, il peut être intéressant de se situer par rapport à ce chiffre. Et voir comment tendre vers un objectif de 2 tonnes/an/personne, qui serait un taux soutenable pour ne pas épuiser notre environnement, et limiter notre empreinte climat.

Calculer son émission de gaz à effet de serre

Pour calculer son taux d’émission de Gaz à Effet de Serre, l’ADEME, et l’Association Bilan Carbone propose un simulateur Nos GEStes climat.

Le simulateur interroge sur nos habitudes en matière d’alimentation, de déplacement, de logement, de mode de consommation, d’équipement numérique, …

Le parcours est rapide à compléter, et donne à la fin une estimation de notre empreinte climat.

Alors pour commencer votre test et estimer votre empreinte climat :

SIMULER MON EMPREINTE CLIMAT

Mais le simulateur ne s’arrête pas là, car un second parcours sur le site, donne des moyens pour passer à l’action, comprendre son bilan climat personnel, et améliorer son bilan carbone.

On y apprend par exemple les bénéfices du télétravail sur l’impact du CO2 sur nos route, ou bien encore comment tendre vers une alimentation plus végétale améliore notre empreinte climat. Et bien sûr comment mieux consommer en circuits-courts, favoriser le recyclage et l’économie circulaire, s’orienter vers du zéro déchet, …

Passer à l'action Nos GEStes climat

Passer à l’action Nos GEStes climat

Le sujet n’est pas de donner des leçons. Mais des pistes d’amélioration de notre écoresponsabilité en fonction de nos bonnes et mauvaises habitudes. Si vous voulez tendre vers le zéro déchet, il n’est pas si compliqué d’aller faire ses courses à Saint-Béat. Il suffit de partir avec quelques sacs en tissus pour ramener des pâtes ou de la farine. Idem une fois admis qu’un bon dentifrice n’a pas besoin de mousser, adoptez le dentifrice en poudre de La Montagne Magique ou bien encore un bâton de Siwak.

COMMENT REDUIRE MON EMPREINTE ?

Et pour les Pyrénées Haut-Garonnaise quel impact climat ?

Immanquablement, là où l’on pêche c’est sur la mobilité, on monte trop facilement dans nos voitures. Alors qu’avec Transgarona, on pourrait l’utiliser comme mobilité douce quotidienne sur le territoire. La réouverture de commerces de proximité comme Comenge à Saint-Béat. Ou de petits marchés comme à Melles ou Siradan, peut aussi limiter les déplacements (et les emballages) pour faire ses courses. Pourquoi pas un grand plan mobilité douce dans les Pyrénées Haut-Garonnaises ? Et toujours comment encourager et développer le télétravail sur notre territoire ?