Télétravail, ruralité et consommation locale nouveau tryptique de vie des Français. Un sondage réalisé par l’Ifop pour Famille Rurale vient redonner du relief sur nos divagations territoriales. Ce sondage révèle la tendance lourde et la perception nouvelle des territoires ruraux. Une évolution de la perception avec la perspective du télétravail. Entre télétravail et consommation locale, la campagne a désormais la cote.

Les territoires ruraux reprennent des couleurs

Après une année de crise sanitaire, marquée par des périodes de confinement, la perception des campagnes évolue en France. D’après un sondage mené par l’Ifop en janvier 2021 portant sur les perceptions et réalités des territoires ruraux*, « on constate un essor spectaculaire de l’image qu’ont les territoires ruraux depuis la crise » se félicité le président de Familles rurales, Dominique Marmier.

On note ainsi que « 92 % de la population considère qu’il s’agit de territoires agréables à vivre, alors qu’ils n’étaient que 72 % en 2018.« 

L’accès à une bonne connexion internet

Dominique Marmier explique cette tendance par l’essor du télétravail provoqué par les confinements. « Ce nouveau mode de travail a rendu les zones rurales accessibles à tous ». Le télétravail est au cœur des enjeux, puisqu’il a également été le révélateur d’une fracture du numérique persistante. « 28 % des ruraux qui ont expérimenté le télétravail ont connu des problèmes de connexion Internet durant le premier confinement », pointe le sondage. Un constat qui rejoint nos divagations d’hier sur la nécessité de proposer des espaces de coworking pour élargir l’accès au télétravail sur les Pyrénées Haut-Garonnaises.

Car quand bien même le déploiement du très haut débit sur le territoire, viendra limiter la fracture numérique, le coworking vient améliorer les conditions de télétravail. L’espace de coworking remplace avantageusement les relations sociales en entreprise, par la diversité des personnes qui le fréquentent.

L’offre de consommation locale

C’était la tendance la plus marquée pendant le premier confinement : la consommation locale. Même si depuis la vague de consommation locale est bien loin dernière nous. Les besoins restent marqués pour certains.

D’après le sondage, 54 % des Français déclarent avoir « modifié durablement leur façon de consommer ». « C’est une tendance que l’on constatait déjà avant, mais la crise sanitaire a joué un rôle d’accélérateur très puissant », affirme Dominique Marmier.

Et finalement ce sont les mêmes Français qui souhaitent s’installer et vivre à la campagne autour du télétravail, et de la consommation locale. En la matière le territoire des Pyrénées Haut-Garonnaises pointent de sérieuses lacunes.

La crainte de manquer de services publics

C’est le frein principal à l’installation dans les campagnes, la crainte de manquer de services d’éducation et publics en général. Une crainte partagée par les habitants des campagnes, et qui inquiètent forcément les candidats à l’installation.

C’est en particuliers des inquiétudes sur l’éducation et la santé, avec la crainte des déserts médicaux.   Avec l’ouverture de trois maisons de santé à Marignac, à Saint-Béat et à Bagnères de Luchon, les Pyrénées Haut-Garonnaises ont anticipé cette difficulté.

Rien d’insurmontable à l’attractivité des Pyrénées Haut-Garonnaises

On le voit bien entre la perception et les attentes des candidats à l’installation, les Pyrénées Haut-Garonnaises peuvent séduire à condition de combles certaines lacunes. Rien d’insurmontable à condition d’en prendre la mesure et d’être pragmatique dans les initiatives.

 

* Deux sondages sont réalisés : l’un, « grand public », auprès d’un échantillon représentatif de 1 006 personnes, par questionnaire auto administré en ligne du 17 au 18 décembre 2020. L’autre, sur les ruraux, auprès d’un échantillon représentatif de 1 502 personnes, par questionnaire auto-administré en ligne du 10 au 16 décembre 2020.