Escalade à la falaise de la brèche romaine Saint-Béat-Lez sécurisation et réouverture des itinéraires d’escalade. Haut lieux de l’escalade en Haute-Garonne la falaise n’était plus accessible depuis les travaux de construction du tunnel de Saint-Béat. Mais désormais, la cité du marbre entend bien réhabilité ses parois d’escalade.

Réhabilitation des itinéraires d’escalade le long de la brèche Romaine

En 1997 la « Falaise de la brèche romaine Saint-Béat-Lez » se trouvait sur le topo-guide d’escalade en Pyrénées centrales.

Brèche romaine de Saint-Béat pour l'escalade

Brèche romaine de Saint-Béat pour l’escalade

Ce monument historique du village, demeure une carrière spectaculaire pour la cité du marbre. Elle porte toujours des traces d’exploitation dont les plus anciennes remontent à l’Antiquité. Car à l’époque Saint-Béat était le stratégique Passus Luppi (le passage du loup).

« Mieux connaître les carrières anciennes, retrouver les sentiers qui y mènent peut constituer un projet de randonnée thématique« , explique Yvon Bescond, Président de l’association Marbre et Art, et souligne que « retrouver les anciens sites d’exploitation peut nous aider à localiser des blocs qui seront utilisés par les sculpteurs participant au symposium du festival à Saint-Béat« . Un ressource précieuse pour le prochain Festival de la sculpture et du marbre à Saint-Béat-Lez.

Des aides de la FFME

Deux cadres techniques locaux sont particulièrement impliqués. A savoir Philippe Mercanti et Marthieu Peyet. Côté financement, la réhabilitation de la brèche romaine compte sur des fonds propres du comité d’une part, et d’aides de la FFME (Fédération Française Montagne et Escalade) d’autre part.

Recréer du lien avec les pratiquants d’escalade

Après la réhabilitation, Philippe Mercanti, explique que maintenant il va falloir rétablir le lien avec les adeptes de l’escalade dans les Pyrénées. Mais le site ne manque pas d’attractivité, pour attirer les amateurs d’escalade naturelle.