Les aliments du futur sont finalement ceux d’avant, et en circuit-court. C’est en raccourci ce qu’il ressort d’une étude de la fondation WWF qui passe au crible les aliments en fonction de leur impact écologique. Et mise à part quelques surprises, nos aliments du futur étaient déjà bien présent dans l’alimentation de nos grands-parents (tout dépend des générations). Alors c’était mieux avant dans nos assiettes ?

Quels sont les aliments les plus écologiques ? 

WWF (et Knorr …) présente une liste des 50 aliments parmi les plus écologiques. Pour cela la fondation s’est concentré sur quatre critères :

  • le côté nutritif, un critère qui doit être plutôt élevé,
  • la saveur, quand même c’est mieux quand ça a un peu de goût,
  • l’impact écologique, qui doit être faible évidemment,
  • le coût de production,

Ces aliments du futur seraient plus avantageux en terme de production avec une meilleure adaptation au changement climatique. Par souci de cohérence, on ne parle là que des aliments susceptibles d’être produits en proximité. Les aliments les plus lointain sont volontairement écartés. Que serait le futur de notre alimentation, si les aliments continuaient de traverser la planète. Mieux vaut privilégier les circuits-courts pour exemple pour se procurer du miel près de chez vous avec Le Rucher Notre-Dame en Provence. Surtout que là aussi, le miel reste un aliment des plus anciens.

Une bonne alternative à la viande, les algues

Elles sont riches en nutriments, en antioxydants, en acides gras et en protéines. Les algues sont même essentielles à notre existence. En effet, ces organismes marins assurent l’oxygénation des mers et océans du globe. Avec une bonne teneur en protéines, certaines algues peuvent avantageusement remplacer les viandes. Il nous reste juste à les intégrer dans nos recettes végétales quotidiennes. La spiruline serait une algue écologique, car elle se cultive relativement facilement et  partout. Elle se cultive avec des ressources minimales. Sinon dans les algues vous avez aussi l’algue nori et l’algue wakamé.

Plus près de nous les légumineuses

Pour certaines elles avaient disparus de nos assiettes pour revenir à la mode. Ces légumineuses sont d’incroyables sources de fibres, de protéines et de vitamines. Leur texture généreuse peut là aussi remplacer certaines viandes, tout en apportant des protéines. On peut citer lentilles (vertes, corail, blondes), les haricots adzuki, les haricots noirs, le pois bambara, les haricots mungos, les fèves et bien sûr les pois chiches.

Les classiques graines et céréales

Le gros de la production céréalière mondiale provient de 3 céréales : le blé, le riz et le maïs. Pour des raisons écologiques et sanitaires, il est primordial de varier les types de céréales. Les céréales les plus écologiques sont l’amarante, le sarrasin, le millet, le quinoa, l’épeautre, le petit épeautre, le riz sauvage, …

Les fruits et légumes les plus locaux possibles

C’est un peu la base d’une bonne alimentation. Il sont riches en nutriments, en vitamines et en fibres. Le bon sens est de privilégier les fruits et légumes locaux et de saison, si possible en agriculture biologique. On peut citer les épinards, les choux, les carottes, les courges, les melons, les aubergine, les salades, les poivrons, … Et bien sûr on évitera de cultiver ces légumes sous des serres chauffées. Bien sûr le mieux reste de les cultiver dans son propre jardin potager.

Les tubercules

Voilà des aliments très faciles à cultiver dans nos potagers, et particulièrement nutritifs. On peut cultiver les traditionnelles pommes de terre, les mal-aimées topinambours, les délicates patates douces, …

Les hyperlocales graines germées

Un aliment à faire pousser dans votre cuisine ! Les graines à faire germer chez soi dans un bocal muni d’un germoir, en une semaine. Ce sont de hyper-aliments ! Elles sont fraîches, craquante et décoratives dans vos plats. Parmi les graines germées l’alfalfa (ou luzerne cultivée), les haricots rouges, les pois chiches, le fenugrec, les pois verts… On trouve des kits complets dans les magasins bio.

Les feuilles de légumes à ne pas jeter

Beaucoup des feuilles des légumes frais terminent à la poubelle. Déjà au compost ça serait mieux. C’est bien dommage, car elles peuvent être aussi nutritives que le légume lui-même ! On peut parler des feuilles de betteraves, des fleurs et feuilles des courges, des feuilles de brocolis, des verts de poireau, des feuilles de choux, des fanes de radis, …

Et toujours dans les feuilles découvrez la feuille de sidr issue d’un arbre majestueux.

Les champignons de nos montagnes

Ils sont nombreux dans nos Pyrénées Haut-Garonnaises, avec les cèpes et les giroles notamment. Pas besoin de les cultiver, une bonne randonnée, et profitez des vertus du champignon.

Les fruits à coques, et fruits secs de nos régions

Ce sont des super-aliments, riches en bonnes matières grasses. On trouve facilement des noisettes, et des noix. On appréciera aussi les châtaignes.

Les aliments du futur sont finalement ceux d’avant …