Un robot broyeur au service d’une agriculture raisonnée pour lutter contre l’embroussaillement des zones difficiles d’accès. Des terrains compliqués par leur pente, leur accès difficile, leur éloignement, … et victimes des pratiques agricoles passées.

La démarche de la CUMA Pyrénées Espace Innovation et du Conseil Départemental de la Haute-Garonne, avec ce robot broyeur est un marqueur dans les nouvelles pratiques agricoles.

L’entretien et la préservation des espaces naturels

Coupe des haies

Il n’y a rien de paradoxal dans ce titre, car parfois un milieu naturel peut avoir besoin de l’intervention de l’homme pour sa préservation.

La baisse du nombre d’agriculteur dans nos campagnes, et encore plus dans nos montagnes, modifie les pratiques agricoles mais également nos paysages. L’évolution des pratique agricoles depuis la moitié du vingtième siècle a impacté les paysages, et l’équilibre des territoires. En poussant à produire plus, grâce à du matériel toujours plus puissant, à des produits phytosanitaires toujours plus efficaces et à la possibilité d’importer les aliments pour l’élevage, l’agriculture s’est affranchie des contraintes naturelles.

Les parcelles de culture se sont agrandies, en rognant notamment sur les haies. Les parcelles, les moins avantageuses à exploiter sont abandonnées. Et en même temps, l’alimentation des animaux en élevage s’est retrouvée facilitée par l’achat et l’importation d’aliments toujours plus lointain. On préfère parler d’agriculture, que des agriculteurs qui se sont finalement retrouvés piégés dans une logique économique et de marché globalisé. Loin de nous l’idée de juger telle ou telle pratique, car nous sommes tous à notre échelle complices de nos erreurs de la production à la consommation.

De nouvelles pratiques agricoles

La récente crise sanitaire, les crises économiques successives, et les enjeux climatiques semblent se traduire par des évolutions positives sur la dérive passée de l’agriculture. Mais cette évolution positive des pratiques agricoles se heurtent aussi à des contraintes financières pour les agriculteurs.

Une nouvelle génération d’agriculteurs veut retrouver sa place dans une démarche de production et d’engagement local. En dépit des lois du marché, de la pression de l’agroalimentaire et de la grande distribution, le bon sens semble reprendre le pas sur les logiques passées. Mais ce n’est pas facile surtout pour eux. Il est tellement plus facile de juger pour ceux qui passent à la caisse des supermarchés.

C’est ainsi que l’on retrouve des agriculteurs, et des collectivités locales, pour accompagner cette nouvelle transition agricole.

Haie bordure champs

Haie bordure champs

On pourrait citer pour l’exemple le programme de replantation de haies (7000 km). On avait oublié la nécessité des haies dans le traitement des eaux, la stabilisation des sols, le pare vent, ou bien encore l’accueil de la faune.

Mais on retrouve cette tendance dans l’appel des collectivités locales à relocaliser des exploitations maraîchères y compris dans les Pyrénées Haut-Garonnaises, avec le programme « Terra rural« .

Et la démarche de la CUMA Pyrénées Espace Innovation, du Conseil Départemental de la Haute-Garonne et de MultiAgri s’inscrit pleinement dans cette démarche, avec une logique vertueuse de mutualisation.

La mutualisation comme levier de la transformation

Les logiques de courses au gigantisme dans tous les domaines économiques, a conduit aux pratiques individualistes. Et jusqu’à frôler avec l’absurde comme en ce moment dans le canal de Suez.

Mais notre planche de salut, face au déferlement du changement climatique qui nous attend, ne passe t-elle pas par la mutualisation à plus petite échelle ?

La CUMA Pyrénées Espace Innovation menée par Cédric Sague (éleveur à Boutx), les techniciens agro-écologie du Conseil Départemental 31, et la plate-forme MultiAgri 31, l’ont bien compris pour répondre aux enjeux de débroussaillement des terrains difficiles en montagne et même en plaine.

Les trois organisations, mettent ainsi à disposition des agriculteurs, des groupements pastoraux, des forestiers, des petites communes, un robot broyeur téléguidé avec l’expertise de deux pilotes de MultiAgri. Une solution clé en main pour débroussailler les parcelles les plus difficiles. Avec le soutien technique et financier, c’est la CUMA Pyrénées Espace Innovation qui a fait l’acquisition du robot, tandis que MultiAgri prend en charge les deux pilotes/chauffeur du robot.

Brûlage dirigé à Melles

Brûlage dirigé à Melles

Ainsi, la commune de Melles, dans la préservation des incendies a pu mener un brûlage dirigé en ayant au préalable tracé des pare-feu avec le robot broyeur. Et cercle vertueux oblige, ce sont des chevaux en pâture qui reprendront l’entretien de la parcelle ainsi libérée des broussailles.

Et avec l’incendie récent au dessus de Fos, sur une zone difficile pour les pompiers, on mesure bien les enjeux du débroussaillement.

Le robot broyeur en démonstration sur le territoire

Robot broyeur sur les pentes de Saleich

Robot broyeur sur les pentes de Saleich

La CUMA PEI, le CD31, et MultiAgri organisent des journées de démonstration à destination des exploitants, et des petites communes pour évangéliser sur les bénéfices du débroussaillage avec ce robot télécommandé.

Le robot broyeur au service d’une agriculture raisonnée monté sur chenilles, peut intervenir sur des parcelles fortement embroussaillées, à pente raide jusqu’à 45°, et inaccessibles avec un ultime recours par héliportage. Pour un coût de 300 à 400€/jour, le robot est acheminé et piloté par l’un des deux salariés de MultiAgri sur cette mission.

Une centaine de journée de débroussaillement sont déjà prévues en 2021.

Les bénéfices du débroussaillement

Une fois le robot broyeur passé, le paysage retrouve une forme d’unité, il devient exploitable en pâturage, et libéré des risques d’incendie.

Georges Méric, Président du Conseil Départemental déjà engagé sur le territoire avec Transgarona explique que le CD31, « défend avec ambition le maintien de l’emploi local et le tourisme par l’entretien des espaces et des paysages, tant en préservant la biodiversité. »

Pour les informations pratiques, vous pouvez contacter directement la CUMA Pyrénées Espace Innovation par email à cumapeirobot@gmail.com ou au 06 88 46 86 82