Sur les routes de La Vuelta le cyclisme passe au vert. Les organisateurs annoncent renoncer aux bouteilles d’eau en plastique. Cette décision touche est valable pour les engagés sur la compétition. Ainsi les coureurs, leur équipe mais également le personnel de l’organisation et les journalistes devront s’organiser avec les fontaines à eau. Car chaque année, c’est près 180 000 bouteilles en plastique qui circulent tout le long de la compétition.

La pratique du cyclisme et les déchets plastiques

Faire du vélo de route, ou même du VTT, génère quelques déchets comme les tubes de gel énergétique, les sachets de barres aux fruits, les emballages de barres aux céréales, … Des déchets que malheureusement certains jettent encore sur les bords des routes. Comme si ramener ses déchets à la maison pour les mettre à la poubelle était si compliqué. C’est quand même moins difficile que pédaler sur 100km ou monter le Col de Menté ? Et encore heureusement que comme les professionnels les amateurs ne jettent pas leur bidon d’eau dans la nature … Même si ces pratiques tendent à évoluer même chez les professionnels.

Le Tour de France a ainsi créé des zones de déchets pour les coureurs. Des portions de route sur la course, où les organisateurs s’occupent de récupérer les déchets post ravitaillement. Qu’en sera-t-il sur le parcours de la prochaine Ronde de l’Isard 2021 ?

La fin des bouteilles d’eau sur La Vuelta

Avec un partenariat avec Aquaservice, l’organisation de La Vuelta a banni les bouteilles d’eau de la course cycliste pendant les trois semaines de la compétition.

Vuelta aquaservice

La Vuelta et Aquaservice

Aquaservice est le leader de la distribution d’eau minérale naturelle et de boissons fraîches en fontaine en Espagne. L’entrepriese devient ainsi fournisseur officiel d’eau de La Vuelta jusqu’en 2024. Rien que pour l’édition 2021 de La Vuelta elle livrera plus de 90 000 litres d’eau au cours des 21 étapes. Un véritable challenge pour entreprise résolument engagement contre le réchauffement climatique avec un bilan carbone neutre pour son activité.

Voilà en tout une initiative qui va dans le bon sens, pour le cyclisme et le sport en général, installent aussi des pratiques écoresponsables.