Un autre chemin pour l’auberge du Crabère à Melles à tracer avant le 14 novembre 2021. La mairie de Melles se met en quête d’une nouvelle gérance pour son auberge de village. Et il faudra de l’expérience en hôtellerie et restauration pour tenir les 25 couverts et 6 chambres de l’auberge de Melles. Mais surtout il faut un sens de l’accueil naturel et spontané, et beaucoup de rigueur pour faire vivre un lieu unique à mi-chemin du GR10. Aussi, pour celles et ceux qui veulent s’engager pour animer l’auberge du Crabère, il faut candidater auprès de la mairie avant le 14 novembre, par email (mairie-de-melles@wanadoo.fr) dans un premier temps.

L’auberge du Crabère comme un phare à Melles

Pour les amateurs de randonnée dans les Pyrénées, Melles rime avec pays de l’ours, GR10 et auberge du Crabère. En référence au pic du Crabère qui culmine à 2630 mètres, l’auberge du Crabère est comme un phare à mi-chemin du GR10 entre mer et océan. La belle bâtisse au coeur du village de Melles, avec sa terrasse et sa fontaine, est incontournable pour qui passe par Melles. Elle est un repère pour les habitants, le seul commerce à vivre tous les jours de l’année avec le marché du samedi matin. Pour les randonneurs, les promeneurs, les gastronomes, c’est l’assurance de passer un bon moment dans un cadre authentique et convivial. Combien d’hôtes de l’auberge, ont dû s’imaginer en maitre des lieux ? Mais derrière la carte postale de l’auberge du Crabère, se cache une organisation de tous les instants entre terrasse, cuisine, buanderie, chambres, courses, …

Merci Jérôme pour ton engagement à l’auberge

Si aujourd’hui l’auberge du Crabère est en recherche d’une nouvelle gérance, c’est que le gardien du phare Mellois depuis plus de 2 ans passe la main. Depuis juin 2019, et quelques longs mois de confinement, Jérôme Rumeau quitte l’auberge du Crabère. Tenir l’auberge du Crabère n’est pas toujours facile, car il faut se démultiplier et changer de casquettes. Tantôt cuisinier, tantôt barman, hôtelier, serveur, homme d’entretien, … les heures s’enchainent à l’auberge du Crabère. Dans un contexte si particulier, Jérôme a dû plusieurs fois s’adapter et réinventer les lieux. Avec beaucoup d’abnégation et de fatigue aussi, Jérôme a porté l’auberge à bout de bras durant ces longs mois. Pour les Melloises, les Mellois, les randonneurs, les gastronomes, Jérôme comme aubergiste aura écris un beau chapitre de l’auberge du Crabère. Et l’on ne peut que le féliciter et le remercier pour son accueil à l’auberge.

Un autre chemin pour l’auberge du Crabère à Melles ?

Après Jérôme qui tracera un nouveau chemin pour l’auberge du Crabère ? Celles ou ceux qui se porteront candidats pour faire vivre l’auberge du Crabère doivent immanquablement vouloir perpétuer une certaine tradition tout en innovant dans un monde foncièrement nouveau.

L’auberge du Crabère doit rester ce refuge d’un village de montagne avec simplicité et authenticité. Personne n’est finalement sorti d’indemne de la crise sanitaire, alors que d’autres crises s’annoncent face aux enjeux du réchauffement climatique. D’ailleurs le maire de Melles avait lancé l’alerte sur le péril qui guette le pastoralisme dans nos montagnes. Et finalement tous ces questionnements liés pour redessiner les contours de la vie à la montagne entre traditions et enjeux climatiques.

Pour reprendre l’auberge du Crabère ces questionnements restent prégnants et doivent conduire à des réflexions nouvelles sur l’identité et la mission d’une auberge comme à Melles. L’auberge du Crabère est à la fois un tiers lieu, une auberge, un café une épicerie, une halte, et immanquablement l’éternel repère d’un village de montagne.