Le Maire de Melles demande du courage politique pour la survie de la ruralité dans les Pyrénées. Alban Dubois, Maire de Melles, avait déjà alerté sur la situation préoccupantes dans les estives en début d’été après différentes attaques de l’ours. Ainsi sur la commune de Melles, ces prédations avait entrainé la mort de 16 brebis. Mais surtout ces attaques avaient plongé la commune dans une profonde inquiétude.

A quelques jours du rassemblement agricole à Saint-Gaudens pour les Pyrénéennes, et alors que la campagne présidentielle place l’écologie au centre du débat, Alban Dubois veut alerter et mobiliser sur la survie de la ruralité, et en particulier en montagne. Qui aura le courage de réagir (réellement) avant un catastrophe annoncée ? Sommes-nous face à une abstention de combattre un sinistre (climatique) ?

Mais que se passe-t-il à Melles ?

Tout d’abord depuis Melles, le magazine Melles750 est une initiative média d’Eric (à la rédaction de cet article). Elle vise à communiquer et valoriser la vie locale, la vie dans les montagnes, et les modes de vie écoresponsables. Le magazine Melles750 n’est en aucun cas lié à l’équipe municipale.

Précision faites, l’équipe municipale avec son Maire Alban Dubois, multiplie les initiatives citoyennes pour favoriser la fraternité dans le village, accompagner les initiatives entrepreunariales et agricoles, préserver le patrimoine, et agir sur les effets du réchauffement climatiques. A Melles, on ne parle pas forcément d’écologie militante, mais d’une écoresponsabilité pragmatique pour préserver l’environnement social, économique et climatique d’un territoire de montagne.

Construire et monter une cabane pastorale en fuste à 1700 mètres en utilisant les arbres victimes (sur la commune) de la tempête Barbara, avec la participation de volontaires pour écorcer, tronçonner, assembler relève d’un engagement qui dépasse l’écologie.

Construction cabane Aouéran

Construction cabane Aouéran

Utiliser des matériaux (bois) en circuit-court, encourager le lien social des volontaires, améliorer le confort des bergers et des randonneurs, entretenir une zone de montagne, mobilise pendant des mois avec des bénéfices sur plusieurs années. Un projet collectif et courageux.

A côté de cela, la mairie de Melles avec le soutien sans faille des éleveurs de Mérens du Boila, accompagne l’écopastoralisme avec une 17 chevaux en pâture sur le territoire pour la réouverture de certaines zones agricoles enfermées par les broussailles, et à risque d’incendie important.

Chevaux de Mérens à Sestagnous Melles

Chevaux de Mérens à Sestagnous Melles

Et pour finir de dépeindre le contexte de l’inquiétude du Maire, Melles se rappellent qu’il y a tout juste 25 ans l’ours faisait son retour dans les Pyrénées sur sa commune.

Dépasser les clivages face aux risques du réchauffement climatique

Pendant des années à Melles et dans les Pyrénées en général, l’ours était un sujet clivant entre militantisme écologique et enjeux économique pour les éleveurs. Mais aujourd’hui il faut dépasser le débat, surmonter les clivages, accepter la réalité d’un danger bien plus prédateur que certains ours, plus agressif que certains hommes : le réchauffement climatique menace nos montagnes, avec un danger réel d’incendies incontrôlables.

En début d’été, le Maire de Melles, alertait sur les attaques répétées de quelques ours sur les brebis en estive. Alban Dubois était monté accompagner Gérald, le berger sur la commune, pour se confronter à l’effroi de ces attaques. Au delà des pertes pour les éleveurs, la présence incontrôlable de ces quelques ours prédateurs, compromet aussi des initiatives agricoles et d’écopastoralisme comme avec les chevaux de Mérens.

La question n’est plus d’être pour ou contre l’ours, d’être pour ou contre les éleveurs, d’être pour ou contre les activités humaines, mais de sauvegarder notre environnement à tous.

Demain si des incendies incontrôlables comme on les a vu en Grèce, en Turquie ou dans le sud-est de la France, venaient à embraser les 45 km2 de la commune de Melles, des habitations seraient menacées, le pastoralisme anéanti, l’ours et la faune en général sans nourriture, … Il suffit de regarder cette photo dramatique prise cet été dans les incendie en Orégon. Est-ce cela que l’on veut pour nos Pyrénées Haut-Garonnaises ? Et si on dépassait les discours et les clivages ?

Ours pris au piège de l'incendie

Ours pris au piège de l’incendie

Que demande le maire de Melles dans ce contexte ?

Au delà des propositions de mesures pour facilité la cohabitation entre les activités humaines et certains ours, Alban Dubois demande surtout du courage politique. L’immobilisme condamne la ruralité et la vie dans nos montagnes.

Si avec son équipe municipale, il veut amplifier les mesures et les initiatives pour prévenir les incendies, accompagner l’écopastoralisme, et la reprise agricole. Rien ne semble possible dans ce contexte de prédation de certains ours.

Aussi, le Maire demande des mesures pour que, comme dans toute société, les agissements de certains ours ne nuisent pas aux ours en général. Il est aujourd’hui possible, avec un peu de technoloqie de contrôler et d’éloigner certains ours de tentation trop grandes. On peut imaginer des balises GPS, des mesures spécifiques et sans tambou pour les ours réellement dangereux

De l’autre côté, comme les efforts sont à partager. Les éleveurs, les habitants, et les pratiquants de la montagne doivent aussi revoir leurs activités. Chacun doit revoir ses pratiques au regard des enjeux de la préservation de l’ours et du réchauffement climatique.

Que va-t-il se passer à terme sur la commune de Melles ?

Si rien n’est fait personne ne sortira indemne de cette situation. A court terme on condamne la ruralité et la vie montagnarde dans son ensemble.

Aussi si rien n’est fait pour préserver le pastoralisme et la ruralité, la mairie de Melles prendra des mesures drastiques pour la prochaine saison 2022 avec :

  • L’annulation de toute les activités scientifiques et touristiques liées aux ursidés,
  • L’enlèvement des appareils photographiques du réseau « Ours brun » via l’OFB,
  • La fermeture du GR10 et des chemins de randonnées,

Et alors que les élus, les politiques et autres décideurs vont s’enflammer de discours poignants sur l’agriculture, la ruralité et la montagne à la foire agricole de Saint-Gaudens pour Les Pyrénéennes il faudra bien prendre des décisions avant que des drames n’arrivent.

Et alors ces mêmes élus, politiques et autres décideurs reviendront se pavaner sur le territoire pour constater l’ampleur des dégâts d’un cataclysme pourtant prévisible, pour annoncer des mesures.

 

Accompagner, rééquilibrer et préserver, plutôt que de se lamenter face à la catastrophe.

Le communiqué de presse de la mairie de Melles est téléchargeable ICI.