Tiers-lieu dans le Haut-Comminges, une opportunité nouvelle de développement pour le territoire ?

Tiers-lieu : mode d’emploi

Il existe autant de tiers lieux que de territoires, d’organisations, de thématiques, d’animations …Mais en gros le tiers-lieu reste ce lieu hybride entre la maison et son lieu de travail habituel. Pour les indépendants, il permet de sortir de la maison (et d’enlever son pyjama).

On travaille au bureau, on télétravaille à la maison, mais quand on travaille dans un café par exemple, on est déjà dans le tiers lieu.

Dans les grandes agglomérations, les tiers-lieux, ressemblent désormais à des grands espaces de coworking. Des espaces de coworking où l’on travaille avec des moyens mutualisés (petits bureaux, openspace, salle de réunion, restauration, …) mais en dehors de son entreprise.

Après, il existe des tiers-lieux de fabrication autour d’imprimantes 3D par exemple, des tiers-lieux artistiques autour d’artistes, des tiers-lieux à vocation sociale, ;… On se retrouve dans un tiers-lieu par affinité sociale, pour les animations proposées, pour les équipements mutualisés, … Mais on aime aussi le tiers-lieu pour son ambiance ou pour sa proximité.

Mais quid des tiers-lieux dans le Haut-Comminges ?

Tiers-lieu dans le Haut-Comminges

Il faut bien reconnaître que l’offre de tiers-lieux dans le Haut-Comminges est bien maigre. On pourra citer « Les idées sont dans la grange à Barbazan » à Barbazan, et en dehors du territoire, « La maison de l’avenir » à Saint-Gaudens, ou « La cafetière » à Aurignac.

Autant dire que le Haut-Comminges démarre au niveau zéro en terme d’offre en matière de tiers-lieu.

Maintenant reste à savoir si c’est l’offre qui fait défaut à la demande, ou la demande qui n’est pas encore réellement présente sur le Haut-Comminges.

Télétravailler au pied des Pyrénées

Pourtant le territoire ne manque pas d’atouts pour séduire, de futurs télétravailleurs. Avec l’A64, la N125, et bientôt avec le retour du train dans la vallée de Luchon, le Haut-Comminges est à 1h30 de la métropole Toulousaine. Pour les plus sportifs, on peut même relier Toulouse à vélo avec la piste Transgarona.

L’offre immobilière est pléthorique avec des tarifs très avantageux pour des familles notamment.

Pour ceux qui souhaitent (et peuvent) télétravailler plusieurs fois par semaine, le déplacement vers l’agglomération, certes plus long devient acceptable. Il est d’autant plus acceptable que le reste de la semaine, on profite d’une vie locale tellement meilleure.

On peut seulement, parfois, accuser le coup de l’isolement en restant télétravailler à la maison. D’où l’intérêt des tiers-lieux qui permettent de travailler sur le territoire, en sortant de la maison, avec une vie sociale retrouvée.

Développer les tiers-lieu dans le Haut-Comminges

Mais alors, que manque t-il pour développer des tiers-lieux dans le Haut-Comminges. Ouvrir un tiers-lieux dans un café (qui ont tous disparus) permet d’offrir de nouvelles possibilités. Le tiers-lieu peut prendre pleins de formes différentes.

Il ne manque pas de locaux commerciaux vides dans tous les villages comme Saint-Béat, Luchon, Montréjeau, …

Par contre, il subsiste une difficulté, c’est l’accès à une connexion internet très haut débit par la fibre. Le déploiement est à l’étude, mais dans l’immédiat rien de concret.

La dernière information à ce sujet est un peu ancienne, mais le débit (même sans fibre) tant à augmenter avec des offres DSL.

Mais, sauf à de rares exceptions pour des activités spécifiques, le réseau actuel peut supporter des réceptions/envois de fichiers, des réunions virtuelles, …

Reste maintenant à trouver le ou les porteurs projets pour un tiers-lieu original dans le Haut-Comminges, qui donnera envie de sortir de la maison pour travailler, tout en télétravaillant.